Notre Dame de l’Univers

Article
Laisser un commentaire 5

Le premier épisode de cette histoire commence aux puces lorsque je tombe sur une oeuvre de Soasig Chamaillard que je photographie.

Son dénouement, 10 mois plus tard a eu lieu dans mon entrée, au cours d’une quasi cérémonie d’ouverture de valise par l’artiste elle-même. Entre les deux, un faisceau de surprises, de synchronicités, de travail précieux, de célébration de la puissance des femmes, de sensibilité et de satisfactions. Tout cela en contraste avec un an de Covid acharné dans notre pays est si précieux, que j’aime l’idée de vous montrer le résultat.

Le début de l’histoire raconté ici

En résumé, lorsque l’artiste découvre sa sculpture sur un étal, elle ne songe plus qu’à la récupérer. Cette oeuvre revêt pour elle un caractère familial et particulier qu’elle ne pouvait pas laisser passer. Alors je l’achète à son vendeur et la lui restitue, comme une otage libérée. En échange, à sa guise, elle créerait une oeuvre inspirée par notre rencontre, qui me serait destinée.

C’est ainsi que nous faisons connaissance et que Soasig me parle de son projet de Notre Dame de l’univers, en réponse à un alignement parfait des planètes le jour de notre mise en relation. Elle me montre cette esquisse. Mon cerveau  très basique, s’habitue immédiatement à ce qu’il voit et c’est donc ainsi que je l’imagine. Quelques semaines plus tard, elle m’envoie la photo d’une Vierge Marie dénichée dans une brocante, car elle part toujours d’une statue existante à laquelle elle donne une nouvelle vie. La dame est joufflue, le teint rosé. Je colle sur cette image la tête de la seconde et je retourne à ma vie. 

Plusieurs fois pendant sa création, je reçois des bribes d’informations au sujet de la complexité de l’oeuvre, et je sens chez l’artiste une jubilation ciblée autour de ce projet. Elle se déploie lorsqu’elle m’en parle et j’entends à chacun de nos échanges combien elle y prend la mesure de sa puissance personnelle. J’éprouve le privilège d’assister à l’éclosion de quelque chose de nouveau pour elle. Je me sens privilégiée.

La nuit tombée, un soir récent, Soasig m’écrit. “Je viens de t’envoyer les photos de Notre Dame de l’univers, tu es la première à la voir”. Je prends mon temps avant de les ouvrir. Comme on se rend à un rendez-vous galant. L’attente est si puissante.

Un choc. Je retrouve, de mon souvenir le projet de voile lacté, suis époustouflée par la minutie des planètes et des détails. Je commence par lui regarder les pieds et je remonte, anneau par anneau. Les sourcils et les cheveux fluos me prennent de court mais je m’interdis encore tout avis et compose le numéro de Soasig.

Ca n’est qu’au bout de 30 minutes que j’ai réalisé mon erreur : ne pas l’avoir enregistrée dès le début du souffle dans lequel elle m’a confié tout ce que contenait cette création de personnel, de symbolique, de partagé entre nous, de féminin, de puissant, d’évident et de sublime. Les cheveux fluos ? Elle est le soleil. Mais oui, bien sûr. Soasig est cette sculpture, les femmes sont cette sculpture, je suis cette sculpture. Assister de si près au processus créatif d’un être si sensible et inspiré donne le vertige, de celles qui regardent par le trou d’une serrure pour y trouver de l’amour. Grisant, impudique et jubilatoire. 

Un honneur, aussi. Cette aventure est ce qui s’est présenté de plus poétique dans un moment de nos vies si chahuté et pour moi endeuillé. J’aurais pu l’attendre encore longtemps, car justement je l’attendais avec lenteur et langueur.

L’étape par étape de son incroyable métamorphose 

Aujourd’hui c’est une vie ensemble qui commence. Je la regarde comme je lirais un poème strophe par strophe, pas trop vite, pour qu’il en reste encore. Elle tient l’univers entre ses mains, comme le font les femmes lorsqu’elles osent enfin reconnaître leur puissance dont l’amitié et l’admiration réciproque feront toujours partie. 

Avé Soasig

 

Publié le 26 mars 2021

Étiquettes : , ,

A lire aussi

L’éloge de la passoire : retrouver sa mémoire

Ce livre nous éclaire et nous indique par où passer pour retrouver la tête. Et si cela ne suffit ...

Le blog des paresseuses

C’est quoi ton kif ? Ceci n’est pas l’apostrophe d’un élève de lycée à un autre, mais bel et ...

A l’aide

Pour la faire courte, je me suis embarquée dans une aventure qui me met bien la pression. J’ai accepté ...

5 commentaires sur “Notre Dame de l’Univers”

  • Millet dit :

    Magnifique œuvre. Rien qu’en photo je ressens plein de choses.
    Merci pour le partage Florence

  • Sophie dit :

    Je suis subjuguée par la puissance de cette Notre-Dame de l’Univers.
    Elle m’évoque la création du monde, avec les planètes comme chakras.
    Merci

  • Joseph dit :

    Je suis bouleversé par tant de beauté et d’empathie.
    j’ai éprouvé le besoin de l’écrire.

  • Baziret-Amour Cécile dit :

    Je pense qu’au delà de tout ce que révèle cette œuvre majestueuse il y a aussi une touche d’humour car elle n’a pas de chaussures, certainement car un doute plane sur lesquelles choisir!!! Très belle rencontre merci pour ce beau partage.

  • monique dit :

    Notre Dame de l’Univers.. quelle beauté et quelle belle représentation.
    Merci du partage.

Commenter