J’ai besoin de vous

Article
Laisser un commentaire 31

« A la rentrée, ça va aller ».

On se l’est tou·te·s répété comme un mantra. Ou la version « Ça va bien finir par s’arrêter » pour profiter de l’été. Et la rentrée, la voilà !


Alors qu’est-ce qui va ?

Nous sommes toujours là, espérant que les enfants retournent à l’école, que nos réunions puissent se dérouler, nos client·es être reçu·es et que les vagues se rétractent.

Nos attentes ont baissé, minorant les déceptions à répétition.

L’ère de la contagion nous offre un champ de pleine conscience à ciel ouvert. Celles et ceux qui ne s’y étaient pas encore frotté·es ont découvert l’importance d’accepter et d’enchaîner. Dans tous les domaines.

 

Qu’est-ce qui va devoir aller ?

Le masque comme nouveau préservatif pour se déplacer, aller travailler, se rencontrer et se ravitailler. Mais pour faire l’amour, malheureusement inopérant. Se boucher le nez afin de ne tuer personne est un scénario que la science-fiction n’aurait pas osé.

D’accepter que ce que nous considérons encore exceptionnel soit déjà le nouveau normal. Le risque permanent, les revirements, l’extrême souplesse requise, la difficulté à faire des plans. Non, on ne sait pas dire quand ça va s’arrêter mais oui, tout va continuer à évoluer et muter, nous y compris.

 

Apprivoiser la pagaille
 
J’observe que mes réflexes il y a peu encore efficaces, n’ont en ce moment pas leur place.
Décision, action, contrôle et vision étaient mon ancien temps. Je dois les remplacer par accueil, adaptation, et résilience instantanée. Jamais l’impermanence ne m’a autant fouettée le visage. Un monde blanc ou noir dans lequel j’avais planté mes repères prend désormais bien plus de 50 nuances de tout.
 
Et je ne suis pas la seule. Mon métier consiste à compiler et partager des clés qui nous orientent vers l’épanouissement. J’observe que de 3 étages nous venons tou·te·s de tomber et nous bricoler un équilibre adapté devient LA nouvelle priorité.
 
Si vous lisez ces lignes, nous sommes relié·e·es par des intérêts communs, nos chemins croisés, une affinité, des désirs partagés, ou une ambiance qui nous convient.


 
J’ai aujourd’hui besoin de vous

L’appel profond de ma vie est de dénicher, formuler et conceptualiser ce qui nous allège l’existence pour vivre, travailler, créer, aimer et cheminer.
La brutalité sournoise de ce qui nous arrive m’incite, non pas à décider quel sera mon prochain pas dans ce domaine, mais à vous demander de quoi vous auriez besoin, envie, ce qui vous manque, ce que vous désirez, souhaitez réparer, adapter, développer, déployer ou aimeriez apprendre comme compétence ou comportement dans ces temps fous fous.
 
Quels sont vos appétits ? Quelle nécessité ressentez-vous ? Confiez-moi vos aspirations, même si elles ne sont qu’intuition, elles éclaireront mes explorations.
 
Je peux vous dire, pour alléger la pression de ma question, ce qui figure sur ma liste. Mieux repérer la magie, renoncer à tout contrôler, me réjouir de ce qui est, savourer l’humilité, prioriser la joie, approfondir mes relations, réparer mes liens endommagés, assurer notre sécurité et créer.
 
En apparence simples, ces aspirations m’offrent la possibilité d’alimenter ma boussole en nouvelles directions. Espérant l’enrichir aussi des vôtres.
 
Il y a deux façons pour nous de communiquer. Soit visibles de tou·te·s afin de nous nourrir les un·es des autres en commentant ce texte, soit dans l’intimité d’un message privé ou mail auquel je vous répondrai.
 
Portez-vous bien, je vous envoie d’avance des merci et vous souhaite mille kifs chacun·e.

Publié le 28 août 2020

A lire aussi

Le magazine Clés s'en va

Clés s’en va

Clés s’en va et ne reviendra pas. Le magazine Clés cesse en effet de paraître. Et ça fait une ...

Ce soir, je suis….

…d’excelllente humeur. Alors j’en profite pour vous dire tout le bien que je pense du livre de David Servan-Schreiber, ...

Le concours d’écriture du développement personnel 2019

Voici, pour la première fois, le Concours d’Ecriture du Développement Personnel dont j’ai le plaisir d’être la marraine. Son objectif ...

31 commentaires sur “J’ai besoin de vous”

  • Sophie G dit :

    Ma nature positive me permet de vivre des moments positifs avec des projets boostants : formation en reflexologie plantaire pour recommencer à m’occuper des autres (mon coeur de métier infirmière puer).
    donner et recevoir des enfants en atelier SEVE, approfondir avec d’autres animateurs ses compétences en septembre……………Rester ouvert et lucide et poursuivre ce parcours voir plus !

  • Florence dit :

    Tout d’abord Merci pour cet espace de paroles que vous nous laissez
    Personnellement je trouve qu’il est important de garder une pensée positive c’est tellement plus facile de tout critiquer, de tout dévaloriser,de tout remettre en question…L’exigence a ses limites et on ne doit pas tout attendre de l’autre…chacun est acteur à son niveau. réapprendre à agir pour son bien et le bien de tous. Se rappeler les basiques… au fait les gestes barrières ce n’est pas juste le B.A.BA des leçons d’hygiène et oui on se lave les mains et plusieurs fois par jour et oui quand on se sent patraque on évite d’embrasser les autres et oui quand on tousse ou quand on éternue on évite d’asperger tout le monde. Ensuite acceptons de rentrer dans une démarche d’amélioration continue et ça c’est pour nos média, oui on peut faire évoluer les règles et ça ne veut pas dire que les premières n’étaient pas bonnes c’est juste qu’elles étaient peut-être adaptées à une situation à un moment donné. Acceptons le risque pour agir et améliorer

  • CharlotteNa dit :

    Bonjour Florence,

    Tout d’abord, merci d’avoir mis des mots sur ce que je n’arrive à nommer depuis un moment, mes besoins :
    * Revenir à soi, remettre l’amour au centre
    * Remettre de la douceur (je vis cette période avec beaucoup de violence)
    * Se reconstruire sans figer et contrôler : viser un juste équilibre.
    * Remettre de la légèreté

    Infinie gratitude ❤️

  • Karine DELARUE dit :

    Bonjour !
    Besoin de liens, de solidarité dans cet univers qui prône le rejet, la méfiance et qui est un défi pour les personnes malentandantes ou sourdes, ne pouvant accéder à la parole à travers le masque.

  • Fabienne Morales dit :

    Chère Florence,
    On reçoit vos courriels comme ceux d’une amie. Depuis longtemps, je tâche de cultiver trois choses au sein d’une même journée, qui me permettent de garder (plus ou moins!) l’équilibre:
    -Avoir un contact avec celles et ceux qu’on aime, proches ou non; partager, échanger, rire, cultiver l’amour, la compassion.
    -Être en contact avec la nature ou tout du moins l’extérieur; respirer.
    -Laisser ma créativité s’exprimer (sous n’importe quelle forme).
    Comme vous, je suis une femme très organisée qui a une (forte) tendance au contrôle. J’essaie de de maintenir les trois axes dont j’ai parlé plus haut dans chacune de mes journées, mais aujourd’hui, je réalise que je dois planifier moins loin (j’ai toujours de multiples coups d’avance!), m’adapter davantage, me laisser glisser…plutôt qu’éternellement agir!
    Merci pour vos messages, merci d’exister!
    A bientôt,
    Fabienne

  • Valière dit :

    Nous avons tous (toutes) une madeleine de Proust dans un coin de tête, quelques souvenirs chaleureux bien vivants qui nous font soupirer d’aise et de bonheur. « On nous dit souvent « pour aller de l’avant ne regardez pas en arrière »… Pas d’accord du tout ! Cultivons les beaux souvenirs passés et présents, remplissons nos yeux et nos oreilles de belles choses à voir et à entendre cela fait tellement de bien !
    Lorsqu’on allume la télé : pas terrible ! Médias vulgaires qui coupent la parole aux interviewés, martelage du matin au soir des pires nouvelles diffusées par la totalité des chaînes d’infos (au cas où vous n’auriez pas compris). De quoi vous donner le cafard pour la journée ! Et pourtant… dans ce monde qui est le nôtre, je dis bien « le nôtre » il y a tant de belles choses qui se passent, tant de bonnes actions, tant d’espoirs, mais là motus et bouche cousue car nous pourrions être heureux, et Je ne parle pas des films de plus en plus violents et insipides. Tout cela est excellent pour le moral !
    Aussi, le matin dès le pied posé à terre je m’interroge : « qu’est-ce qui me fera plaisir aujourd’hui » ? … et je tâche de m’exaucer.
    Avez-vous un violent d’Ingres quelque part qui vous permet de vous évader ? De vous absorber ? Cherchez bien…et allez-y !
    Il y a pourtant une chose qu’il faut impérativement terrasser « le stress » ! Il fait mal à entendre et aussi à notre santé. Un maître- mot peut nous aider : « se faire plaisir » Je vous en offre quelques bribes : prendre son temps lorsque cela est possible, remettre à demain ce que l’on a pas envie de faire aujourd’hui, se garder des moments bien à soi ! Les e-mails préférables au téléphone qui vous dérange au mauvais moment, fuyez le malheur des autres, les vôtres vous suffisent, déléguer et faire partager les tâches quotidiennes, vos épaules seront plus légères. Pensez aussi à quelques mouvements de gym respiratoire (cohérence cardiaque) enfin un peu d’égoïsme ne fait pas de mal, osez dire non peut faire beaucoup de bien!
    Etre continuellement à la recherche de « l’équilibre », écouter son corps, il vous parlera beaucoup. Etre conscient, mais ne pas se laisser envahir par le négatif. La vie est toute simple, il faut accepter le cap des ans, ses besognes journalières, ne pas se bercer d’illusions et essayer de goûter chaque instant de cette merveilleuse vie qui tourne dans un espace plein d’étoiles.

  • Souad Akroud dit :

    Tout d’abord je vous remercie de votre réactivité par rapport aux circonstances sanitaire actuelle et puis j’aimerais avoir des outils pour vivre dans l’incertitude qui est devenu un mode de vie ..

  • Sylvie dit :

    Merci Ann-Lyse je n’aurai pas dit mieux…

  • Alice dit :

    Bonjour Florence,
    Merci pour votre message, nous sommes nombreux à nous poser les questions que vous nous soumettez là.
    J’ai besoin de rencontres, peut être sous de nouvelles modalités à inventer, les agences de com sont d’ailleurs très créatives en la matière j’en ai vu quelques-unes qui me semblent proposer des modalités intéressantes pour recréer du lien différemment.
    Re créer du lien c’est tout notre enjeu, un nouveau lien pour un nouveau départ ensemble.
    Je crois que cet isolement forcé, puis cette barrière du masque qui cache la moitié du visage, n’aurons jamais autant permis de prendre conscience de la nécessité de coopération pour contribuer à quelque chose de plus grand que nous, quelque chose qui nous dépasse, pour mieux nous sentir chacun à notre place.
    En 2 mots : rencontrons-nous !
    …et en la matière, les nouvelles technologies et les spécialistes de la communication vont, j’en suis certaine, nous permettre de faire la révolution !Allons explorer ensemble nos rêves les plus fous !
    Chère Florence, je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures 😉

  • Happy Steph dit :

    Bonjour Florence, Bonjour à tous,
    Je suis entrain de finir « power patate » qui est pour moi une révélation ! J’en suis aux MMA. J’en vivais déjà sans avoir mis de mot. Merci !!!
    Ma résolution pour 2020 était d’oser. Si saisir des opportunités, c’est oser, alors j’ai osé ! Et cela m’a permis d’identifier mes talents.
    Pour cette rentrée, j’aspire à ne plus laisser les pensées m’envahir et surtout à ne plus en attribuer à d’autres à cause d’un silence, d’un regard, d’un mot.
    J’aspire à vivre pleinement le moment, à déclencher des sourires, à transmettre ce que je sais aujourd’hui sur la positivité.
    J’aspire à prendre de la hauteur sur mes ressentis en étant dans l’auto-observation bienveillante.
    Bonne rentrée à tous !

  • a. rouillard dit :

    Bonjour,
    j’ai besoin que les médias et les politiques arrêtent de nous mettre la pression et que l’on nous considère comme des adultes.Certes les grosses métropoles Françaises sont importantes dans notre pays mais le reste de la France existe ! vit ! respire ! Travail ! Accueil les citadins en mal de respiration pendant le covid… et pendant leurs congés. Il se passent beaucoup événements positifs en France alors arrêtons de focaliser sur le négatif (Même si c’est difficile pour chacun(e)s).
    Bises.

  • Anne-Lyse dit :

    Pourquoi sommes-nous sur terre ? Pour procréer
    Procréer pour qui, pour quoi ? Pour que certains disposent de nous, de nos vies, et surtout de se servir du peuple pour faire fructifier leur richesse. Car ils n’en n’ont jamais assez.
    Non le peuple ne doit pas être heureux, le peuple est trop bête, regardez ces braves moutons, ils vont trimer pour nous, mettons leur des masques et surtout muselons. Décidons malgré notre incompétence, ce qui sera le mieux pour eux, ou plutôt le plus mauvais.
    XXIème siècle et rien ne change, l’esclavage est plus que présent, pour le masquer on nous balance des mots creux et des milliards. Violence, irrespect, mépris, l’imbécillité, dans toute sa splendeur.
    Ce que j’ai réalisé « pauvre monde » gouverné par quelques « milliards » qu’ils ne nous font pas partager, avec des guerres de virus qui nous dépassent.
    « Réveillez-vous » lorsque la porte est fermée, passez par la fenêtre, battez-vous pour votre bonheur, personne ne vous l’offrira, personne…personne…

  • Marie helene Vatbot dit :

    Florence, merci pour votre présence réconfortante. Je partage vos interrogations, vos craintes, votre besoin de rebondir.
    Cependant, étonnamment, je n’ai jamais eu autant envie de changement : moderniser mon appartement, revoir ma garde-robe, remettre en question mes choix professionnels, revoir mes priorités de vie, comme si cette période déstabilisante était un moteur pour réinventer , situation que je n’aurais peut-être pas rencontrée sans ce maudit virus. Certain disait, il y a un certain temps” pour moi donc j’aime la vie” . De l’insécurité naît l’inventivité, trouver de nouveaux moyens d’exister, de survivre .. Partageons nos expériences dans ce domaine: que faisons nous maintenant que nous ne faisions pas l’an dernier á la même période. Si on observe bien, chacun et chacune a déjà réinventer sa manière de faire ses courses, de travailler de rencontrer ses amies-s , de partir ou non en vacances, de rester en France plutôt que d’aller à l’étranger, de nouveaux chemins neuronaux se créent en nous faisant rompre avec nos habitudes!!! N’est ce pas une bonne opportunité…

  • Koko dit :

    Chère Madame,

    J ai besoin de retrouver les odeurs de mon adolescence les baisers sur la bouche les sourires anonymes.
    Pour ce faire je n ai plus de télévision, mon téléphone ne connaît plus les alertes et la radio à laisser sa place à Deezer …la vie est douce Il suffit de rêver éveillé et de s enchanter de l odeur de la pluie sur le bitume.
    Chère Madame votre news Letter a ravi tant de mes vendredis!
    Prenez soin de votre Power Patate
    Bien à vous,
    Céline

  • Alex dit :

    Bonjour
    Heureuse de pouvoir vous aider et ainsi vous rendre l’appareil ! En effet, vous m’avez beaucoup aidé avec vos livres et notamment ” 3 kifs ” et ” Power Patate “.
    Ma liste est la suivante :
    -> Se reconnecter à soi et ainsi se déconnecter du “trop virtuel”
    -> Retrouver ses besoins essentiels et les apprécier
    -> Partager , donner à ceux qui ont besoin dans la mesure du possible
    -> Reconnaître, respecter et protéger notre terre
    -> Se serrer les coudes dans l’adversité ( nous avons soutenu nos soignants, les caissières, les éboueurs…, fabriquer des masques…

    Et oui, l’avenir est incertain mais en réalité, il l’a toujours été.
    Cela engendre certainement plus de doutes et d’inquiétude et c’est pour cela que ma liste se termine ainsi :
    -> Garder confiance

    Avec toute ma gratitude

  • Valérie dit :

    Bonjour Florence,
    En cette période j’ai envie plus que jamais de chaleur humaine, de convivialité, de nous sentir soudés. Envie d’entraide, d’écoute, d’échanges. Derrière ces masques, quelle humanité se cache ?
    Merci Florence déjà pour tout ce que vous faites dans ce sens.

  • BROT dit :

    Merci de permettre une mise en mots. Je rebondis sur les vôtres :
    Nos attentes : que sont-elles devenues, démesurées qu’elles étaient ?
    Pleine conscience : ma conscience est pleine, pleine de quoi ?
    L’importance d’accepter : oui certainement … mais en restant clairvoyant
    Le masque : liberticide … il nous reste nos yeux pour ne surtout pas pleurer sauf de rire
    Faire des plans : heureux ce qui pouvait en faire. Tentons les projets court terme, les autres sont empêchés.
    Évoluer et muter : pas nouveau, existent depuis le commencement mais cette fois ce fût “violent”, immédiat … pas le temps de comprendre, (sur)réagir mais continuer à faire parti de ce grand tout.
    Ancien temps vs Nouveau temps : pas pleurer sur l’Ancien, construire le Nouveau
    Impermanence : Maître mot qui (re)définit la Vie
    Un monde blanc & noir : m’étonne de vous ! Du mal à comprendre, paraît trop facile ce monde qui n’est plus !
    Épanouissement … souvent personnel d’ailleurs : Fleurir, s’ouvrir mais avec les autres cette fois. Interdépendance mondiale …
    Equilibre adapté : pas le choix si on veut avancer, sinon cette litanie “c’était mieux avant”, oui, sauf qu’on ne savait pas que c’était mieux avant … on se plaignait, j’ose espérer que l’on va cesser de se plaindre ???
    LA nouvelle priorité : c’est réducteur, parce qu’aujourd’hui qu’est-ce qu’une priorité ?

    Mieux repérer la magie : vaste programme !
    Renoncer à tout contrôler : il était temps !
    Me réjouir de ce qui est : encore plus aujourd’hui qu’hier
    Savourer l’humilité : (re)définir une personne humble
    Prioriser la joie : pour ne pas sombrer et s’y complaire
    Approfondir mes relations : le confinement l’a permis, le déconfinement et les retrouvailles démasquées aux apéros réels ont permis la consolidation
    Réparer mes liens endommagés : je ne comprends pas trop cette phrase
    Assurer notre sécurité : qu’est-ce que l’on met dans le mot sécurité ? quant à l’assurer, aujourd’hui, je ne vois pas bien comment faire …
    Créer : Construire, Imaginer, Développer

    L’impermanence de tout a mis une grande claque à mes envies, besoins … et à mes certitudes
    Le confinement m’a permis de prendre du recul sur l’entassement des objets, des fringues, des cosmétiques … des biens qui ne servaient plus à rien, sauf à certains de partir se confiner dans une grande maison loin du reste … C’était la rupture de PQ qui angoissait le plus !!!
    J’adorais aller en cours d’anglais dans des salles exiguës, sans distanciation, c’était multiculturel, c’était intergénérationnel, c’était … et ça aura du mal à être à nouveau !
    J’aimerais retourner à Avant pour mieux en savourer l’intensité, les libertés, la pleine conscience.
    J’ai besoin du contact des autres, du réel vs virtuel …
    En dehors de chez moi, mes 5 sens sont mis en veille (prolongée ?)
    Envie de peaufiner mon discernement qui m’aide à hiérarchiser
    Besoin de structurer les “projets” : à 6 mois, 1 an, 18 mois … au-delà me paraît ambitieux

    Je viens de lire ces quelques lignes, elles m’inspirent :
    “A nous de faire de ces gestes protecteurs (et non barrières …) et de ces distanciations physiques (et non sociales), des occasions paradoxales de réelles progressions : museler nos paroles malveillantes, découvrir l’importance des silences, écouter et regarder d’avantage avant de parler et d’agir …”

  • FAVRE dit :

    Merci Florence d’être toujours aussi présente au milieu de nos vies bousculées. Cela donne du réconfort et de l’énergie. Ce qui me semble essentiel, c’est réussir à lâcher prise et ne pas me laisser happer dans la morosité ambiante. J’ai besoin de nourrir ma joie de vivre, retrouver l’élan intérieur pour innover, sentir vibrer ma créativité et toujours toujours continuer à goûter la Vie. J’ai besoin de m’entourer de l’amour dès personnes qui me sont chères et aussi de la solidarité d’inconnus. J’ai besoin de partages et de relations hautement plus humaines. Derrière nos masques voir les sourires. Nous sommes tous dans la même galère alors retrouvons notre Humanitude.

  • VIOLETTE GUARDIA dit :

    Bonjour Florence moi aussi j’ai besoin de vous.
    Tout d’abord je souhaiterais que le lien des cours d’écriture ne s’arrête pas que vous nous proposiez autre chose ensemble chaque semaine. Nous avons la chance, chacune, d’avoir fait des formations de développement personnel et surtout de “science of happiness” que j’ai suivie à l’université de Berkeley il faut diffuser cela, nous devons être un phare dans la brume. Rien ne sera plus comme avant, il faut nous débarrasser de nos certitudes, de certains acquis mais demain n’en sera que mieux si nous avons fait notre mue. Bien cordialement

  • Ruiz dit :

    Bonjour et merci Florence
    Vous avez été mon coup de cœur l année dernière ( Toulouse)
    Le masque est pour moi un véritable problème car je suis coiffeuse et je travaille beaucoup avec la morphopsychologie et les émotions donc du coup cela me demande une réorganisation de mon travail j’ai appris à faire des consultations en visio
    Il est très clair que quand mon travail est terminé que je demande à ma cliente d’enlever le masque elle est tellement belle elle quitte le masque que cela fait partie aussi de bonnes surprises
    J’espère que tout ceci sera transitoire et que nous en tirerons tous du positif
    Sandrine

  • Stéphanie dit :

    Bonjour Florence, Bonjour à tous/toutes.
    Votre billet du vendredi est toujours est moment spécial de la semaine… (j’ai tapissée le dos de la porte de mon bureau des citations positives proposées, quand je ferme la porte je me concentre sur un ou plusieurs phrases). Merci

    Dans ce contexte particulier, j’ai besoin de convivialité et de sérénité.
    Avez vous une baguette magique pour chasser la morosité, la mauvaise humeur et la mauvaise foi des gens qui nous entourent?
    Nous devons faire avec, ce virus change nos vies, nous allons devoir faire avec jusqu’au vaccin et peut-être d’autres virus viendront (je sais ce n’est pas très encourageant) mais râler toute la journée sur quelque chose que nous ne pouvons pas changer est une pure perte d’énergie.

    «Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre.»
    Pensées pour moi-même de Marc Aurèle

    Continuer à nous nourrir de positivisme pour dépasser ce marasme.
    Belle journée

  • Christelle B LILLE dit :

    Bonjour Florence et toute l’équipe,

    Merci tout d’abord pour le sourire, la joie et la curiosité que vous apportez chaque vendredi.
    Depuis le confinement j’ai une vie parallèle dans un jeu vidéo qui m’apporte l’évasion, le lieu de vacances que j’ai quitté, l’apaisement. Je bricole aussi pas mal, j’ai quelques projets. Bref, je m’évade d’un travail ennuychiant. J’ai aussi un mari et un chat aux petits soins et ça vraiment quel bonheur. Le besoin de légèreté et de cocooning je le ressens aussi.
    Merci Florence de me permettre de vous dire que vous comptez et que j’ai de la chance de vous connaitre.
    Bonne exploration et à bientôt, belle journée !

  • Claire dit :

    Bonjour Florence
    Merci pour vos propos qui sonnent toujours si juste! Quand je vous lis j’ai le sentiment que vous posez les mots qu’il faut pour exprimer ce que je ressens, ce que perçois mais que je suis incapable de formuler.
    En ce moment, le plus difficile pour moi est d’accepter que l’on ne peut pas tout planifier. Habituée du plan d’action et de la projection court terme/moyen terme/long terme 🙂 , je dois admettre, dans ma vie professionnelle aussi bien que dans ma vie privée, qu’il est désormais inutile de programmer trop loin, trop précis, trop figé. Inutile, impossible et vain. Notre principal talent pour réussir n’est plus la capacité à prévoir, à planifier, à programmer, mais à s’adapter, à réagir, à changer.
    L’inconstance de notre monde deviendra la normalité et deviendra notre inconstance. Ce ne sera plus un défaut mais un mode de vie.
    C’est donc cette capacité à m’approprier l’imprévu, à accepter l’inattendu, à renoncer à tout programmer qui me manque aujourd’hui!
    A très bientôt de vous lire
    Claire

  • Catherine dit :

    Bonjour Florence, bonjour tout le monde !

    Merci à vous, Florence, pour tout ce que vous dites, écrivez, transmettez ! c’est un pur bonheur !

    Merci à celles (en attendant ceux…) qui ont déjà répondu, je suis en adéquation avec ce qui a été écrit.

    Pour apporter ma pierre à l’édifice, je voudrais confirmer le besoin de joie et de légèreté et témoigner de ma frustration en cette période masquée : ne plus pouvoir toucher, étreindre, embrasser,… librement (même si certain·e·s osent encore le faire, mais je me sens parfois coupable de m’y autoriser…).
    Se dire bonjour avec le coude, c’est drôle pendant un temps, mais au bout de 6 mois, ça ne fait plus rire…

    Ce satané masque masque (c’est son rôle) trop les expressions, les émotions que ce soit la joie ou la tristesse. Même si les yeux transmettent eux aussi…

    Je suis profondément convaincue que nous avons toutes ces capacités et compétences de lien bien ancrées au fond de nous, mais quand pourrons-nous les remettre en oeuvre ?…

    Au plaisir de vous lire et de partager encore et encore !

    Catherine

  • Anne C dit :

    Bonjour Florence,

    Je trouverais super chouette que vous puissiez proposer vos formations de formateur à la science du bonheur en ligne! En effet, nos clients ne nous ouvrent leurs portes que de plus en plus timidement, et réinviter les ateliers, formations etc avec des outils électroniques pourraient nous apporter un vrai plus!

    Merci pour cette inspiration que vous nous donnez chaque vendredi.

  • Florence Bochard dit :

    Bonjour et merci pour votre vidéo.
    Je vous partage à mon tour ce qui m’apaise lorsque mon cerveau se mets en mode “warrior” cad qu’il essaye de trouver des solutions à tout et pour tous et que je perds pied et une énergie dingue !! dite “déperdition d’énergie” qui me vide.
    1/ Je RESPIRE en me connectant à ce petit filet d’air frais qui entre et sort plus chaud par mes narines le temps qu’il m’est nécessaire (simple et efficace ! ).
    2/ Je NOURRIE “ma source ” soit, je me fait du bien : sentir la nature, donner et recevoir de l’amour, rires, manger et boire ce que mon corps aime et me suggère. JE
    3/ Je FREDONNE comme un mantra : tout est OK maintenant.
    4 / Je PRIE et je REMERCIE un jour après l’autre.
    Nous avons tous de quoi faire au plus profond de nous qui puissent nous aider, nous soutenir et nous apaiser. Se rapprocher ce qui nous apaise ou calme. SE NOURRIR, AIMER, FREDONNER, PRIER, PARDONNER et REMERCIER… Libre à chacun de choisir selon ses aspirations profondes 😉
    Voilà ce que je peux vous partager chère Florence, je vous souhaite le meilleur. Belle après-midi, Florence.

  • Karine dit :

    Bonjour
    Pour moi aussi cette rentrée est particulière.
    Comme tout le monde à cause de la crise sanitaire avec son lot de stress, d inquiétude, d’incertitude….
    Mais aussi, nous avions décidé qu qu’aux 18 ans de la dernière, nous acheterions une maison. On va signer un compromis début septembre.
    Moi la citadine de toujours, je vais donc vivre à la campagne, y travailler puisque le télétravail est mis en place pour 3 jours par semaine de façon définitive.
    Donc une nouvelle vie à organiser, je suis ravie même si j’ai des doutes.
    Tous vos conseils seront les bienvenus.
    J applique régulièrement les 3 kifs par jour et ça fait vraiment du bien. En revanche, je n écrit pas. Pourquoi ? je ne sais pas.
    En espérant avoir pu vous aider un peu, je vous souhaite, à vous et à toute votre équipe, une belle journée et une belle rentrée.

  • Élise Lécuyer dit :

    Bonjour Florence,
    Cela fait un moment que je vous lis, j’en profite pour vous remercier pour la bouffée d’air frais que vous nous offrez dans votre Newsletter ainsi que pour vos 3 kifs par jour qui m’ont réellement permis de me remettre peu à peu sur pied après un burn-out !

    Je ressens actuellement la nécessité de changer, d’un renouveau, d’un épanouissement, d’un retour aux sources de ce qui me fait vibrer, ce qui me fait avancer et vivre, de revenir à mes forces, mes talents et m’appuyer sur eux pour me renouveler et avancer.

    J’espère que cela pourra vous aider, continuez à nous écrire et à nous faire kiffer

    Elise

  • Céline C dit :

    Bonjour Florence,
    Merci de nous donner cette libre expression qui elle, ne porte pas de masque.
    En ces temps troublés, bizarres, inédits depuis mars, j’ai besoin de nature, de vert, de calme, de sérénité, de mon chat, qui loin de tout ça, sait m’apaiser, de lectures, pour m’évader…
    Me manquent mon frère, mes petits neveux de 7 et 5 ans, loin sur une île depuis un an, leurs joies d’enfants, leur spontanéité, leur insouciance. A mon sens, notre monde d’adultes en manque tellement…
    A la veille de cette rentrée qui ne sera pas comme les autres, j’aimerais qu’au travail, il y ait de la bienveillance, la vraie, celle que l’on applique au quotidien, pas juste le mot que l’on dit parce qu’il est joli, j’aimerais aucune pression, aucun stress lié au travail parce que pour moi le travail ne devrait pas être ça, même si… J’aimerais le temps, de faire, de ne pas faire, de rêvasser, d’écouter….
    Et continuer à vous lire parce que c’est un vrai kif à chaque fois, de ceux qui font vraiment du bien, qui font se sentir moins seule…

  • Carine dit :

    Bonjour Florence, Bonjour à toutes,

    Oui Merci Florence pour toute cette énergie, cette élan que vous nous proposez, et que vous souhaitez proposer encore.

    Pour répondre à votre question, j’ai envie de dire que pour commencer nous devons tous etre mieux connecter à nos propres envies, ce qui nous procure du plaisir, de la JOIE. Et finalement cette première étape n’est pas facile à franchir, tant nos vies étaient (encore plus avant qu’après le confinement pour faire simple) sur des rails, tête dans le guidon et mental sous les pressions environnantes.

    Pensez vous que cela puisse faire partie de votre liste ?

    Bonne journée
    Au plaisir de vous lire

  • Madeleine Lariviere dit :

    Je vous découvre et vous lis depuis peu de Montréal. Viens de terminer Bloum. M’a secouru dans une séparation qui n’en finit pas. Pour l’instant pour moi, il n’y a que les pas dans la ville et les parcs qui m’aident à VOIR la vie sous toutes ses formes autour de nous. 5-10 parfois 20 km par jour seule, avant d’aller retrouver mes petits enfants pour le retour de l’école. Le silence et la présence au moment qui est, sans inquiétude, est seulement possible si je marche…
    J’ai hâte de lire les réponses que vous recevrez.
    Merci pour ces questions, cette demande d’aide, pour vos livres aussi et votre courage pour continuer. Continuez s’il vous plait!
    Très bonne journée!

Commenter