Ecriture et numérique

Presse
Laisser un commentaire

Chut se consacre à promouvoir et décrypter la place favorable du numérique dans nos vies. Aurore est passée par Bloum ! pour comprendre le lien entre l’écriture et le digital.

 

Écriture clavier ou écriture papier ?

Le clavier permet d’aller plus vite, on est plus proche de notre réflexion, de la façon dont surgissent les idées et les mots. Mais quand on écrit à la main, il y a une plus forte synthétisation. On va mieux mémoriser ce qui est manuscrit, que ce qui est tapé sur clavier. Désormais, les écrans tactiles permettent aussi d’écrire avec les pouces et nous dictons de plus en plus à nos machines.

Pour ma part, lorsque je tape sur mon clavier, j’ai vraiment l’impression de ne plus être à l’école. Et cela me rassure. Une participante à l’atelier l’an dernier écrivait  les textes à la main. Puis elle rétranscrivait tout sur ordinateur pour le partager dans le groupe. A la fin du programme,  elle a recopié tous ses textes publics dans un cahier pour en faire cadeau à l’amie qui lui avait offert l’atelier. Voici quelqu’un qui a conservé une vision romantique de l’écriture papier. À l’inverse, des gens ont aussi fait la totalité de l’atelier sur leur smartphone.

Nous ne sentons pas que le digital présente un frein à la dynamique de l’atelier, au contraire. On y croise une création immédiate de sens communautaire, dans un format d’intelligence collective total. Et ce sont les participantes de 28 à 83 ans (les femmes composent la majorité des ateliers) qui la créent, en s’écoutant, en se faisant rire ou en étant touchées.

L’écriture est même une bonne excuse pour se frotter à ces mécaniques digitales. Les participant·es les plus âgé·es nous le démontrent. Pour certaines, nous facilitons leur transition numérique en les motivant à utiliser leur ordinateur et à se connecter sur Internet.

Et l’écriture inclusive ? Vous y accordez tout un chapitre de votre livre.

L’écriture inclusive est un choix que j’ai fait au moment de l’écriture du livre Bloum. Elle est très tentante, tant le masculin partout qui n’a pas lieu d’être, est présent dans notre langue. Il est pourtant plus laborieux d’écrire comme cela et la lecture peut aussi l’être dans les premières pages. Mais je suis convaincue que si on ne change rien, rien ne va changer.

 

Lire l’article complet sur le site du magazine Chut

Publié le 23 juillet 2020

Étiquettes : , , , ,

A lire aussi

Boum !

“Cette expérience m’a réveillée ! Je flottais depuis quelques temps dans une routine, une mécanique…et Boum ! La psychologie ...

Atelier d'écriture Ecrire le meilleur de soi avec Florence Servan-Schreiber

Ecrire le meilleur de soi en 2018 : un atelier en ville

Vous aimez écrire ? Alors ouvrez bien vos mirettes. Car écrire nous rend heureux. Écrire pour soi, aux autres, ...

La tournée

Déjà 37 représentations : trente sept Pour des débutantes qui se voyaient jouer La Fabrique à Kifs deux fois, ...

Commenter